No items found.
En cliquant sur "Accepter", vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site, d'analyser l'utilisation du site et de nous aider dans nos efforts de marketing. Consulter les mentions légales pour plus d'informations.
Accueil
Actualités

Et voilà la "Bullet team series"

12.6.2024
Partager cet article

Je suis le texte qui sera copié

Jon Zabala, l’arrière de Markina, dont les palois se souviennent pour l’avoir vu quitter la cancha du jaï  alaï le tendon d’Achille rompu, n’est pas décidé à laisser la cesta punta rater le train de l’avenir... Il vient de lancer une compétition totalement “newlook’ voire révolutionnaire puisqu’elle oppose des équipes semi-professionnelles, mixtes, de six joueurs et joueuses et disposant chacune d’un chistéra en carbone. La notion d’équipe, c’est pour reprendre la formule américaine davantage basée sur le classement que sur l’élimination directe, la mixité c’est pour le développement de la discipline au féminin, et enfin le chistéra en carbone, c’est pour préparer l’après osier...

Jusque-là, le gant est totalement artisanal fait de bois et d’osier. Il coûte du même coup horriblement cher (plus de 700 euros) compte tenu de ce qu’il nécessite 25 heures de travail. De plus, déjà peu nombreux les fabricants ne trouvent pas de relève et c’est un art qui malheureusement est appelé à disparaître...  D’où l’idée de Zabala de ce gant en carbone et en aluminium jamais encore utilisé en compétition mais qui a tout de même permis à Goïkoxéa de balancer une pelote à plus de 316 km/h. C’est le record du monde officiel de la vitesse d’une balle, tous sports confondus.  

Dans la “Bullet team series”, chaque équipe dispose d’un gant de cette génération du futur et peut l’utiliser quand elle le souhaite... Sinon le système de la compétition est un circuit de six étapes, parti de Bilbao et passant par Biarritz (15-16 juin) puis Pampelune, Vitoria, Zumaïa avant d’arriver à Markina pour la grande finale.

Chacune de ces six équipes évolue sous la conduite d’un capitaine qui appartient au cercle des étoiles de ce jeu, Erkiaga en tête.  Jean Olharan s’est vu confier l’une de ces formations, d’où sa composition à consonnance tricolore avec Jérôme Portet, Aimeric Libois, Paul Caparrus,   Thomas Urrutia et puis, côté féminin, Oîana Sorozabal et Frida Watkins la seule basque espagnole de son groupe.

No items found.
No items found.